Littérature française, Thriller/policier

Piqûres de rappel, d’Agathe Portail

Ce thriller de 384 pages a été publié en janvier chez Calmann-Lévy, dans la catégorie Littérature générale – Thriller/policier. Je vous donne ci-dessous mon avis.

Résumé de l’éditeur :

Qui fait son miel sait manier le venin.

Le major de gendarmerie Dambérailh a été missionné pour remplacer temporairement le chef de la brigade de Montraguil, petite bourgade paisible de Dordogne. Enfin, paisible… On note quelque agitation autour d’une châtaigneraie mise en vente par un monastère voisin et que se disputent un apiculteur et un propriétaire cherchant à étendre un parc photovoltaïque. L’affaire met en émoi
l’association des chasseurs qui s’inquiète de voir disparaître un important territoire de chasse.
Pour l’apiculteur, Pascal, et son associé, Hugo, qui ont monté Honey Box, une start-up de vente de miel par abonnement, l’acquisition de la parcelle est vitale pour pérenniser l’affaire et rembourser les dettes accumulées.
Alors que les frères du monastère eux-mêmes montrent des signes de nervosité, une attaque mortelle d’abeilles va plonger Dambérailh dans la perplexité… avant qu’il s’aperçoive qu’il s’est fourré dans un sacré guêpier…

Après le succès de L’Année du gel, Agathe Portail récidive, convoquant avec la verve qui la caractérise une galerie de protagonistes tous plus retors les uns que les autres, pris dans l’écheveau d’une affaire criminelle aussi effrayante que singulière.

Mon avis :

J’ai aimé ce polar régional, qui nous emmène dans une ville de Dordogne appelée Montraguil. Bon, en vrai il n’existe pas de commune de ce nom en Dordogne, mais on peut s’imaginer peut-être dans les rues de Montignac ou du Bugue, par exemple. On y rencontre le major Dambérailh, qui remplace Peramel, à qui il se compare souvent et qui est actuellement en arrêt maladie. Celles et ceux ayant lu « L’année du gel » y retrouveront avec plaisir sa tante Daphné, qui a des airs de Miss Marple et qui sait faire parler discrètement les témoins ou les suspects potentiels. Il y a également l’officier de police judiciaire Jules Louvain, qui a apparemment des allures d’Hercule Poirot. Il s’agit là d’un trio d’enquêteurs très attachants.

A un moment donné, presque tout le monde devient suspect dans cette enquête, car beaucoup avaient des raisons de s’en prendre à Hugo Cassague, le fondateur d’Honey Box et associé de l’apiculteur du coin, Pascal Capitourlan. Agathe Portail réussit avec brio à m’avoir avec un twist final très bien amené.

En bref, c’est une enquête comme je les aime, bien écrite, sympathique, plutôt à l’ancienne, avec des carnets bien remplis de questions et d’hypothèses, dans une campagne périgourdine que j’affectionne. J’ai bien envie désormais de découvrir « L’année du gel » , de la même auteure, afin de mieux comprendre la famille Dambérailh, cette fois-ci avec pour toile de fond la viticulture.

Je remercie vivement les éditions Calmann-Lévy et NetGalley pour cette lecture très agréable.

Ils/elles en parlent aussi : Lili, dubonheurdelire, Culture VSNews, Au fil des livres, Sharon.

#Piqûresderappel #NetGalleyFrance

Note : 4.5 sur 5.

Et vous, connaissez-vous Agathe Portail ? Ce livre vous tente-t-il ? Est-il dans votre PAL ? Vous ai-je donné envie de le lire ?

A très vite !!

K.

NB : J’ai lu ce roman dans le cadre du challenge Thrillers et Polars (chez Sharon).

3 réflexions au sujet de “Piqûres de rappel, d’Agathe Portail”

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s