Littérature étrangère

Sublime royaume, de Yaa Gyasi

Ce roman de 374 pages est paru le 19 août dernier, aux éditions Calmann-Lévy, dans la catégorie Littérature étrangère. Je vous donne ci-dessous mon avis.

Résumé de l’éditeur :

Le grand retour de l’autrice ​du best-seller NO HOME​

Gifty, américaine d’origine ghanéenne, est une jeune chercheuse en neurologie qui consacre sa vie à ses souris de laboratoire. Mais du jour au lendemain, elle doit accueillir chez elle sa mère, très croyante, qui n’est plus que l’ombre d’elle-même et reste enfermée dans sa chambre toute la journée. Grâce à des flashbacks fort émouvants, notamment sur un frère très fragile, nous découvrons progressivement pourquoi la cellule familiale a explosé, tandis que Gifty s’interroge sur sa passion pour la science si opposée aux croyances de sa mère et de ses ancêtres. ​

Sublime Royaume raconte les difficultés d’avoir une peau noire en Amérique, et le clash des générations au sein d’une famille issue de l’immigration. Des thèmes traités de manière étonnante, entre zigzags chronologiques et fascinantes expériences scientifiques. ​ 

Un deuxième roman qui confirme l’immense talent de Yaa Gyasi dont la superbe plume, si subtile, prend toujours une force incroyable.

Mon avis :

A la lecture de son résumé, j’ai immédiatement été attirée par ce roman, qui traite notamment de racisme, de choc culturel, d’amour et d’addiction. Je n’ai pas lu « No home » ; je découvre donc cette auteure avec ce nouvel opus, « Sublime royaume ».

C’est un roman poétique, un peu philosophique, où la jeune Gifty s’interroge sur le sens de la vie en général, et de son travail en particulier. Le travail de Gifty est très lié aux problèmes d’addiction de son frère, Nana.

C’est un roman sur l’amour maternel et l’amour fraternel, avec la place prépondérante, dans ce roman, de la mère de Gifty et de son frère Nana. Le père de Nana et de Gifty n’a, semble-t-il, pas su s’adapter à sa nouvelle vie aux Etats-Unis et s’éloigne assez rapidement de sa famille.

On lit dans ce roman certaines scènes quotidiennes de racisme, malheureusement criantes de vérité, et on se sent particulièrement impuissant face aux problèmes d’addiction rencontrés par Nana.

La religion tient une place particulièrement importante dans « Sublime royaume ». Tout au long de cette lecture, on ressent à la fois la force de Gifty, sa persévérance pour comprendre l’addiction, et une certaine fragilité qui la rend si humaine et attachante.

Merci à NetGalley et aux éditions Calmann-Lévy pour cette très belle lecture et pour la découverte de cette auteure, Yaa Gyasi et sa plume si particulière. Ce roman me donne fortement envie de lire un autre titre, « No home ».

D’autres blogueurs parlent de ce roman de la rentrée littéraire 2020 : myprettybooks, le Blog de Krol, pepparshoes, Flaubauski, Didi’s library.

Et vous, connaissez-vous Yaa Gyasi? Peut-être avez-vous déjà lu « No home », son best-seller? Si oui, qu’en avez-vous pensé?

A bientôt !!

K.

7 réflexions au sujet de “Sublime royaume, de Yaa Gyasi”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s